Lettre aux agriculteurs,

Pour votre plus grand intérêt, les élites de la Nation et celles de la Supranation, vont désormais vous guider sur le chemin du bon sens qui est aussi celui du réalisme économique.

Depuis toujours, vous avez eu le libre choix de votre façon d'agir et que voit-on aujourd'hui ? Vous produisez trop, vous polluez les eaux, vous menez vos affaires en dépit du bon sens, et surtout vous coûtez trop cher.

Des exemples:  En 2003, on vous demandait de geler vos terres et qu'est-ce qu'on a eu ? la canicule! On vous a demandé de produire plus et vous, vous avez produit plus et ainsi vous avez engorgé les marchés. Bref, vous ne pouvez plus bénéficier de la confiance que vous portait jusqu'ici toute l'Europe.

Vous comprenez bien, enfin on l'espère,  que l'Europe s'étant enrichie de dix nouveaux Pays, dont la plupart sont pauvres, vous allez devoir contribuer à les faire émerger. Notamment en leur abandonnant généreusement les bouées de sauvetage dont vous bénéficiez largement sous la forme de la PAC.

Pour vous aider dans cette manifestation généreuse autant que volontaire, cela se fera par glissements successifs afin que vous ne gaspillez pas de carburant pour aller barrer les routes avec vos jolis tracteurs.

Des sommes énormes ont été dépensées pour que vous coûtiez moins cher. Par exemple, pour réaliser la couverture aérienne de tous vos champs. Fini les plans cadastraux avantageux de vos grands pères ! Place aux photos. Contrairement aux autres, les avions chargés de cette tâche volent toujours à la même altitude, selon un axe rigoureux, sans dévier d'un centimètre ! De plus, bien que, vues d'en haut les terres soient toutes plates et que les photos soient rarement prises à la verticale de votre champ, on vous assure qu'elles sont extrêmement précises. Alors que les plans cadastraux, établis depuis des siècles…Vous pouvez constater que le plus souvent la surface de vos champs a  largement rétréci avec ce nouveau système. C'est donc que jusqu'ici vous trichiez impunément en utilisant le cadastre comme référence pour votre déclaration de surface !

Vos champs étant rogné par les photos, la PAC vous sera rognée d'autant.

Soucieux des difficultés des agriculteurs, si chers à leur cœur, vos élites zélées n'ont pas voulu vous faire payer directement les photos qu'ils vous ont si gentiment fournies. Cependant comme le gain réalisé par la réduction des surfaces cultivées ne couvrira pas les frais engagés, d'autres encouragements vous sont donnés.

Notamment, on vous a concocté la "conditionnalité 2005". Ne cherchez pas dans le dictionnaire, ça n'y est pas. Parce que c'est moderne. Voilà enfin les conseils amicaux dont vous rêviez depuis longtemps ! 

On vous explique tout ce qu'il vous faire dans un langage très clair, pour ceux qui l'ont écrit, dans un petit dossier, à peine plus épais qu'un annuaire téléphonique de Paris. Et je pense que c'est avec joie que vous l'avez découvert, et que vous êtes fiers de contribuer bénévolement à la sauvegarde de la planète. Au prix,  si l'on peut dire, de quelques petits accommodements. Il vous faut prévoir et consigner avec précision dans des registres ad hoc: les engrais (nom, prénom, adresse, date de naissance, qualité, composition, quantité au gramme près, etc. ) que vous déverserez, l'endroit où vous les mettrez, sans omettre, c'est évident le jour et l'heure d'épandage. En tenant compte naturellement des interdictions nécessaires à une bonne gestion de l'environnement. Pendant que vous y êtes, prévoyez-en plus ce que vous planterez.

Il est bien évident que si, le moment venu, vous changez quelques choses de vos prévisions, la râpe à PAC va fonctionner. Et n'invoquez pas les conditions météo, soyez modernes ! Il s'agit ici d'un simple survol de la situation, pour les détails fiez-vous au dossier fourni.

Cela, c'était le côté "protection de l'environnement".

Mais, ce n'est pas tout ! Comment n'y avez-vous pas songé vous même ? Il ne vous est jamais venu à l'esprit de faire une jolie bande ornementale autour de vos champs ? Heureusement qu'il y a des élites, dont je fais partie, qui pensent pour vous ! C'était tellement bête et ils l'ont trouvé. Alors, vous êtes invités à rogner encore vos cultures pour y planter quelque chose de joli, des marguerites, des coquelicots, et pourquoi pas des bleuets ?

Bon, je ne veux pas m'étendre sur tous les avantages qui vous attendent, car j'y serai encore dans deux mois et j'ai d'autres choses à faire. Et vous les connaissez autant que moi si vous avez pu lire votre dossier jusqu'au

remarqué, cette année encore comptera treize mois. Décidément, on vous gâte !

Ah encore une autre, n'oubliez pas d'habiller vos champs pour l'hiver de peur qu'ils ne prennent froid :

Parmi les choses que j'ai à faire, en dehors de vendre mes terrains, c'est de finir la rédaction d'une étude détaillée sur la façon de continuer l'importante avancée réalisée cette année en matière de culture et d'indemnisation. Ce riche document est destiné aux plus Hautes Instances qui nous gouvernent (de Paris… non de Bruxelles… non de Paris………non de Bruxelles…….enfin aux deux. Pour l'instant)  afin de leur fournir quelques pistes, lesquelles je crois, pourraient marquer ce siècle, si elles sont suivies.

Tenez, je vais vous en donner quelques exemples. Gratuitement. Mais en vrac.

Pour simplifier vos calculs et mettre un peu d'ordre dans l'environnement: Les champs cultivés devront être plats, parfaitement rectangulaires et d'une surface à chiffres ronds; les ares et centiares seront supprimés. Les parties situées en dehors de ces rectangles seront nommées "surfaces ornementalières"(2) et devront être recouvertes de parterres de fleurs dont la composition fera l'objet d'une étude annuelle par une commission ad hoc ou européenne.

Le nombre de sillons, qui sera appelé "sillonnage", sera réglementé pour une harmonieuse harmonisation.

Comme vous effectuez des virages à tout bout de champ avec vos tracteurs, la surface des parties écrasées, (appelées alors "surfaces de réparation"(2)) donc improductive ou peu s'en faut, sera décomptée de la partie cultivée.

Les tracteurs, gros consommateurs d'énergie, donc polluants devront être abandonnés peu à peu et remplacés par une traction animalière, voire humaine. Quant au moissonnement, il sera fait à la main. On pourra ressortir les faucilles. Pour les marteaux on attendra encore un peu.

Les vaches, castrées pour ne plus fournir de lait , ne seront autorisées dans les prés que si elles sont de même couleur de robe. Cette couleur sera définie en fonction de la couleur du pacage. Pour l'esthétique. Nous pensons à nos visiteurs du ciel !

A la place de la PAC devenue obsolète dans une agriculture enfin modernisée, une taxe à la production sera imposée au nom de la solidarité mondiale. Etc.

Ainsi, les agriculteurs et trices devenus vaches à lait et cochons de payants seront tondus comme des moutons, fauchés comme les blés, ratissés et mis sur la paille, pour la gloire de la France… non de l'Europe… non de la France………… enfin pour la gloire !

Pour continuer mon ouvrage, je reste ouvert à toutes suggestions aussi intelligentes que vous pourriez me faire... 

….si je vous donnais mon adresse !

Soyez assurés, plutôt deux fois qu’une, de ma haute considération et de mon dévouement à la cause agricole.

Signé Gripsew,

Directeur du bureau des études de productions inversées et membre de la commission chargée d’organiser les commissions pour la standardisation des études et réalisations de propositions concernant les sujets relatifs à la conservation des espèces par congélation d’hormones mâles dans le lait bouilli,  agent interfédéral, chargé de fonction à la direction des études diverses et variées relatives à la culture et des activités annexes, notamment l’implantation de la culture de la banane sur le Causse Méjean et le développement de la traite des blanches au Moyen Orient.

redirect

     Agriculteur du futur ayant assimilé la culture des élites.

On est ébahi d'admiration devant les progrès à venir grâce à la standardisation, la rationalisation et les méthodes de managing mise en place par nos penseurs européens .